La peur du dissemblable et l’obscurité du langage dans «Tout homme est une nuit» de Lydie Salvayre

« Tout l’art du dialogue politique consiste à parler tout seul à tour de rôle. » (Jacques Lacan) Le roman de Lydie Salvayre fait sienne cette formule du psychanalyste français, tout en élargissant l’angle d’action de cette forme de dialogue de sourds aux dimensions d’une communauté villageoise où la peur de l’autre, du dissemblable, finira par prendre […]

Lire la suite La peur du dissemblable et l’obscurité du langage dans «Tout homme est une nuit» de Lydie Salvayre
octobre 22, 2017

Éloge de la mystification : «Un certain M. Piekielny» de François-Henri Désérable

 « On se croit très fort en sachant que la littérature ment, mais on est plus fort encore quand on a la faiblesse d’y croire. Qui sait jouir de la belle falsification trouve parfois un peu de vérité » (Pierre Michon, « Le roi vient quand il veut », Ed. Albin Michel, 2007, p. 74) Familier des sports de […]

Lire la suite Éloge de la mystification : «Un certain M. Piekielny» de François-Henri Désérable
octobre 13, 2017

Interview. Amélie Nothomb : «La littérature est la seule pratique qui, face à la question du mal, ne choisisse pas l’altérité»

Avec « Frappe-toi le cœur », Amélie Nothomb marque ses 25 ans de carrière qui symbolise aussi ses noces d’argent avec son public. Personnalité incontournable de chaque rentrée littéraire, auteur prolifique, elle est plus que jamais fidèle à son univers romanesque et tout aussi exigeante avec son écriture qui manie avec autant d’aisance « la vivacité, la singularité, […]

Lire la suite Interview. Amélie Nothomb : «La littérature est la seule pratique qui, face à la question du mal, ne choisisse pas l’altérité»
octobre 4, 2017

Un «cold case» romanesque : «Vincent qu’on assassine», de Marianne Jaeglé

Marianne Jaeglé sait pourquoi elle a choisi pour son livre un titre aux consonances tout aussi tranchantes et fatidiques que le sifflement stridulant d’une balle assassine. Par ce moyen, elle attire l’attention du lecteur sur un événement dont il est invité à connaître d’emblée la fin tragique, malgré ce qu’il croyait savoir « depuis toujours », c’est-à-dire […]

Lire la suite Un «cold case» romanesque : «Vincent qu’on assassine», de Marianne Jaeglé
août 27, 2017

Lettre d’une éternelle benjamine à son père infini : «Demain sera tendre», de Pauline Perrignon

« Un livre ne s’adresse pas aux vivants, encore moins aux générations à venir ; il veut consoler les morts, leur rendre justice, leur accorder une dignité, parachever leur vie […]. Écrire, c’est suivre leur pas sans trace, leur donner la parole, devenir leur écrivain public » (Hector Bianciotti, « Sans la miséricorde du Christ »)   Que ce […]

Lire la suite Lettre d’une éternelle benjamine à son père infini : «Demain sera tendre», de Pauline Perrignon
août 22, 2017

Écrire, c’est surtout pouvoir remplir de sens son existence et offrir en cadeau son unique reflet : «Polaroïds», de Laure Mi Hyun Croset

L’écrivaine genevoise Laure Mi Hyun Croset croit aux pouvoirs des mots pour guérir ses névroses qui sont coupables de ce qu’elle appelle son «dérèglement». Elle les confie, dès lors, à la toute-puissance de l’écriture qu’elle croit capable de transfigurer «ces visions dérangeantes», ces «instants certes pénibles», en images dépourvues de laideur. «Ni beaux ni laids», […]

Lire la suite Écrire, c’est surtout pouvoir remplir de sens son existence et offrir en cadeau son unique reflet : «Polaroïds», de Laure Mi Hyun Croset
juillet 22, 2017