Laurence Biava : politique et paradigme de pensée

J’ai voulu dire combien la politique est un paradigme de pensée

 

« La politique est une affaire très sérieuse » nous confie Laurence Biava dans son tout nouveau livret publié au Mercure de France, Le goût de la politique. L’avertissement est sans doute le bienvenu aujourd’hui où, prenant une importance de premier plan, ce concept se retrouve un peu galvaudé et mêlé à une multitude de clichés. Dans le bruit ambiant on ne peut qu’être d’accord avec l’auteure qui nous avertit que « la politique est le sujet qui fâche par excellence ». Car, derrière le décor lénifiant qui renvoie à l’action publique au bénéfice des tous, se cache les désillusions des uns et des autres, scindant les citoyens en partisans ou en détracteurs. C’est une forme d’activité qui finit par trancher à vif le monde en deux catégories condamnées à se faire la guerre : « l’ami et l’ennemi ». Quelle autre solution pour faire face à cette ambiguïté mortifère que de regarder le concept lui-même à la lumière de la littérature ? – s’interroge Laurence Biava. Faire le pari de la politique et de la « polysémie des œuvres littéraires » pour essayer de dénouer l’irréconciliable dichotomie qu’elle définit comme « un rapport cardinal » me semble un pari osé et nécessaire. Ce retour aux sources a toujours été salutaire y compris pour ceux qui le trouve un peu vieille école sans pour autant lui nier le bénéfice indéniable, surtout lorsque cet exercice consiste tout simplement à « dresser des passerelles entre les œuvres politiques et littéraires et vice-versa ».

Justement, partons de cette valeur de passerelle, comme vous qualifiez votre démarche, pour vous poser la question sur comment est née l’idée d’écrire ce livre. De quelle nécessité intérieure est-t-il l’expression ?

Mes deux dernières publications étaient politiques et je voulais continuer sur ma lancée, manière de préciser le lien définitif que je souhaite créer pour moi-même entre la littérature et la politique, qui m’apparaissent essentielles et indissociables. Puisque telle est mon ambition, voire mon obsession, afin de me sentir en parfait accord avec moi-même. Et je n’oublie pas Sartre : « toute œuvre est politique dans la mesure où elle est le reflet de son temps ». Par ailleurs, je sais combien les textes littéraires sont animés dans leur intention (implicite) d’une expression politique ; prétendre le contraire, c’est être de mauvaise foi ou produire des inexactitudes, ou ne pas même savoir de quoi on cause. Il y a pléthore d’écrivains dont la démarche est avant tout politique, et leur expression consiste à décrire le monde dans lequel ils vivent, en restituant un peu de leur époque (re-Sartre). Ils l’enrobent à leur façon mais formuler les choses en écrivant des livres et en racontant des histoires, c’est souvent mieux que de l’exprimer à voix haute. Il ne peut échapper à personne que parler (de) politique est encore un tabou en France, – on se fait mal voir dans les dîners en ville où ça ne finit pas toujours très bien, et qui plus est quand on est macroniste, quand on croit à un projet pour lequel on s’investit depuis 4 ans – surtout quand on est femme et qu’on revendique un engagement politique à part entière. Oui, ce petit livre est l’expression de deux passions scindées et j’ai eu beaucoup de plaisir à réaliser cette anthologie pour le Mercure. Je ne cache pas non plus que c’est une façon de régler mes comptes avec celles et ceux qui n’ont toujours pas compris que littérature et politique étaient intimement liées – cette affaire de « passerelles » est viscérale, les deux plus beaux exemples restent Malraux vers de Gaulle et Péguy vers Jaurès – et qui, parce que je suis une femme qui écrit, me reprochent d’aimer et de parler de manière quasi permanente de politique. 

Vous structurez votre anthologie sur trois grands chapitres qui définissent la politique comme un paradigme, comme une odyssée et comme un matériau scientifique et littéraire. Pourquoi ce choix ? Que dit chacun de ces termes sur le concept du politique et de son rapport à la littérature ?

J’ai voulu dire combien la politique est un paradigme de pensée, qui draine une émulation perpétuelle, pour réfléchir, agir, pour donner du sens. J’ai voulu signifier cette quête de sens en proposant des textes fondateurs, des discours, des lois, des faits, des portraits, des lettres. C’est également une odyssée humaine parce que c’est un projet infini, redéfinissable à l’infini et qui se compose à partir de moult esprits et divergences : dans l’anthologie, c’est là où j’aborde les vicissitudes de l’engagement littéraire et politique. Enfin, je pense que la politique est un formidable matériau scientifique et philosophique en ce qu’elle convoque des réflexions sur le rôle du politique dans les temps passé, présent et futur, et cela est constitutif de notre manière de grandir et d’évoluer avec elle dans nos sociétés.

Comment avez-vous choisi les auteurs qui sont présents dans votre livret ?

J’ai évolué dans un environnement socio-familial politique, mes parents sont des militants politiques ancrés à droite. Les échanges à table quand j’étais enfant et adolescente étaient souvent politiques, c’est ce que je dis dans mon épilogue. Les trois-quarts des auteurs étaient dans quelques bibliothèques familiales ou tirés de mes lectures (Veil, Weil, Mauriac à qui j’ai consacré un livre, Mitterrand qui m’a initié à la réflexion politique). J’ai eu plaisir à retrouver Flaubert, Zola, Sartre qui sont un peu mes madeleines de Proust. Pour les détails, j’ai fait comme tout le monde, j’ai recherché sur Internet ce que je n’avais pas lu pour éviter d’oublier des gens importants ou auxquels je n’aurais pas songé. Je sais qu’il y a des oublis mais je m’étais limitée à 38 auteurs, ce qui est déjà beaucoup.

Qu’en est-il des fragments des œuvres ainsi que les brèves explications qui les accompagnent et qui sont très utiles pour comprendre la genèse et la signification de chaque fragment ?

Pour ces fragments et ces précisions, il m’a fallu relire en diagonale chaque livre, les préambules, les quatrièmes de couvertures, les résumés, afin de rester le plus concise possible, près de l’œuvre. Je me suis interdit toute interprétation personnelle, toute surenchère, toute exploration, tout travestissement. Là encore, il fallait faire court, car le format du Petit Mercure et de cette collection exige de ne pas aller au-delà d’un certain nombre de caractères et de pages.

Merci pour ce temps consacré.

Interview réalisée par Dan Burcea

Laurence Biava,  Le goût de la politique, Éditions Mercure de France, 2020, 128 pages.

Print Friendly, PDF & Email
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •