Vali Irina Ciobanu : Sans l’art, la vie me semble privée de sens

 

Je lis, je peins, je suis confinée. Je suis artiste peintre… à travers la lecture je voyage, par la peinture je me libère, je m’extériorise, je partage mes émotions, je tisse ainsi des liens avec les autres. Depuis quelques années, le temps est devenu pour moi un bien précieux. À cette époque, je passais chaque mois de bonnes heures pour choisir des livres que je gardais, par manque de temps, pour les prochaines vacances. Ce qui faisait que chaque année je partais en voyage avec une valise à moitié remplie de livres… Me voici confinée à présent, en train de m’imaginer partir en vacances grâce à ces livres laissés depuis à l’abandon.

Le lis, je peins… les journées sont courtes, mais remplies à rebord. Chaque jour, à travers les pages des livres de nouvelles aventures m’attendent, des voyages, des personnages, de nouveaux mondes, etc. Il y a tant de bons livres que l’on écrit chaque jour ou qui ont été écrits depuis toujours, qu’il faudrait être plus souvent confinés… Nous devrions peut-être élire le mois de mars comme le mois du confinement pour pouvoir lire, peindre, mieux nous connaître nous-mêmes. Faire cela tous les ans. La planète pourrait ainsi respirer un peu, nous pourrions quant à nous trouver notre équilibre, grandir de l’intérieur.

Je peins, je lis, je dors, j’écoute de la musique, je fais un peu de gymnastique… en reprenant ensuite mon voyage à travers l’art. Je change tout au long de ces jours, je deviens quelqu’un d’autre.

Je lis, je peins, j’écoute de la musique… Sans l’art, la vie me semble privée de sens. Suis-je étrange, suis-je normale… je ne puis le dire. Chaque artiste nous introduit dans son univers, on peut voyager à ses côtés, on peut comprendre des choses qu’il a découvertes et qu’il partage généreusement… C’est un truisme, je le sais… mais j’y pense, reconnaissante.

Je lis, je peins… et je ris et je pleure, je partage mes émotions, je suis heureuse !! Je ne suis pas écrivain, mais une lectrice. Je suis artiste peintre et amatrice passionnée de musique. Nous sommes chanceux. Nous vivons une époque où nous pouvons grandir de l’intérieur pendant cette pandémie.

Chanceux, grâce à l’art.

Vali Irina Ciobanu est une artiste peintre roumaine, née en 1976. En 1996, elle commence ses études comme élève auprès du professeur Dan Botezan, bénéficiant de l’enseignement donné par des professeurs comme Andrei Chintilă, Ion Panaitescu, Mircea Novac, Marcel Aciocoiței et Relu Bițulescu.

En 2002, elle obtient un diplôme en philosophie, se spécialisant dans l’Histoire de la culture et des religions à l’Université de Bucarest.

Quelques détails sur son activite :

Elle participe à de nombreuses expositions en Roumanie et à l’étranger.

Entre 1997 et 2001, participation à la restauration de la Cathédrale catholique de Blaj.

En 2002, restauration de la Maison Vernescu dans l’équipe du professeur P. Iliescu.

En 2003, restauration de Casa Universitarilor de Bucarest dans l’équipe du professeur C. Apostol pour la.

En 2004, illustrations du livre « Piatra de foc » de Kenji Miyazawa, traduit par Raluca Nicolae et publié aux éditions Universal Dalsi.

En 2016, l’étiquette des vins Regno Recaș des Caves Racaș.

En 2019, peinture murale au siège de Centrul Cultural Mihai Eminescu din Pantelimon 301, Bucuresti.

Pour plus de détails sur la carrière de Vali Irina Ciobanu : https://www.singulart.com/fr/artiste/vali-irina-ciobanu-10457

(Traduit du roumain par Dan Burcea)

Print Friendly, PDF & Email
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •