Écrire/ Être écrivain : Ofelia Prodan

 

dans un grand vide rond, un vieil Ermite vivait dans un silence parfait. les visions qui le visitaient chaque soir ne le troublaient nullement. le vide rond avait commencé à tourner autour du monde. le vieil Ermite pouvait ainsi tout voir et il ouvrait en hâte un gros livre aux pages blanches et y consignait les choses extraordinaires qu’il apercevait à l’intérieur de ce vide. il avait rédigé avec grand effort chaque histoire, et lorsque ce vide atteignait une vitesse étourdissante, le vieil Ermite fronçait les sourcils : les histoires ressemblaient à des films déroulés trop vite pour ses yeux fatigués et à son grand désespoir il ne pouvait plus rien écrire. alors, plus triste que jamais, il s’accroupissait au centre du vide et se mettait à lire à voix haute ce qu’il avait pu écrire dans son livre. le vide ralentissait sa course et le vieux reprenait vite sa plume et écrivait précipitamment tout ce qu’il voyait. un jour, il aperçut une chose extraordinaire : en dehors du vide, vivait un mendiant tout aussi vieux que lui. et ce mendiant tenait sans relâche dans ses bras le vide comme s’il s’agissait du bien le plus précieux et il arrivait à recevoir chaque jour quelques sous pour manger, en le montrant avec humilité aux passants curieux.

(traduit du roumain par Dan Burcea)

Print Friendly, PDF & Email
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •