Andrei Pantu : La littérature – une forme de libération

Ces journées de confinement angoissent autant les écrivains que les passionnés de lecture. Car, même si l’écriture et la lecture sont des occupations solitaires qui supposent habituellement un certain isolement, la durée prolongée de ce confinement peut nuire autant aux uns qu’aux autres. Malgré tout, nous vivons une période propice à l’introspection, à la sérénité intérieure, nous pouvons regarder des films, écrire ou lire des livres.

Personnellement, je lis en ce moment le roman d’Eschkol Nevo, Le cours du jeu est bouleversé. C’est un livre passionnant sur la rencontre de quatre amis réunis par le football lors de la Coupe du monde de Paris en 1998. Ils notent sur un bout de papier trois vœux à exaucer dans quatre ans, avant la prochaine coupe du monde, afin de savoir ce que chacun d’entre eux a réussi ou pas à accomplir. Il s’agit avant tout d’un livre sur l’amitié, mais aussi sur la trahison, les ressentiments, l’amour et le défi personnel.

Pour revenir à la lecture et à son rôle face à nos angoisses, nos inquiétudes et nos espoirs, la lecture nous soustrait au passé et à l’avenir pour nous ancrer dans le présent. Pour citer Kurt Vonnegut, « je crois que la lecture et l’écriture sont les plus nourrissantes formes de méditation jamais découvertes dans l’Histoire. En lisant ce que les plus brillantes personnalités ont écrit, nous pensons à la fois avec notre intelligence et avec la leur. Pour moi, cela s’appelle un miracle ». On abandonne, au moins pour un temps, notre existence quotidienne, le monde extérieur avec tous ses problèmes et ses défis et on découvre des mondes parallèles au charme singulier. De nombreuses études ont prouvé que la lecture réduit le stress. En ce temps où nous sommes assaillis de partout par des nouvelles inquiétantes, la lecture est probablement la meilleure forme d’entertainment.

En cette période où nos libertés sont réduites temporairement à cause de la pandémie, la lecture peut être une expression de liberté. Nous pouvons penser librement, sans être surveillés ou restreints de l’extérieur.

La littérature est, en dernier recours, cette forme de libération pendant ces temps imprévisibles.

 

Andrei Pantu est un écrivain et journalise roumain né en 1983. Il est diplômé de philosophie et de lettres à l’European College of Liberal Arts, d’études politiques et relations internationales à l’American University in Bulgaria, d’un master en sciences politiques à l’Université de Leiden et d’un master à l’Université de Manchester.

Entre 201-2018, il travaille comme éditeur à la revue académique Romanian Journal of Political Science. Aujourd’hui il travaille dans le domaine informatique. Il a publié de la prose courte dans des revues comme Biserica de LemnRevista de PovestiriARGOSGazeta SFiocanRevista de suspansHelion, sur la plateforme Literomania, et dans les anthologies ARGOS DOI și Eroi fără voie.

Le volume Tonomatul, publie en 2019 est son premier livre.

(Traduit du roumain par Dan Burcea)

Print Friendly, PDF & Email
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •