Élémentaire, chère Jasmine ! « Le retour de Jasmine Catou», de Christian de Moliner

 

 

De nouvelles enquêtes attendent notre fameuse détective Jasmine Catou. Trois aventures inédites et tout aussi savoureuses que nous présente Christian de Moliner, dans son nouvel opus Le retour de Jasmine Catou. En bon ingénieur de l’éclairage scénique et de maître dans l’art du suspens, l’auteur place sa délicate et habile héroïne dans une lumière encore plus intense, à la mesure de l’expérience que celle-ci a acquis depuis ses débuts, en la rendant ainsi digne du surnom de Watson félin dont elle avait hérité dans le volume précédent. Comment ne pas être captivé par le charme de ce personnage doué, comme vous l’apprendrez davantage, d’une intuition hors norme, d’une inventivité et d’un incroyable don de la communication à travers la télépathie qui l’aide à surmonter son handicap qui la prive du don de la parole.

Suivons d’abord Agathe et Jasmine Catou à un Concours de beauté féline à Paris. L’histoire qui suit est d’autant plus passionnante car le hasard fait qu’Agathe Boulay, la maîtresse de Jasmine ou plutôt sa maman, si l’on en croit les dires de l’une et de l’autre, est l’attachée de presse de cette manifestation. L’avis est quasi unanime : avec sa beauté, son allure et son intelligence, Jasmine gagnera sans aucun doute ce concours haut la patte. Pas de place pour des hésitations, telles que sont formulées par Emmanuel, l’amoureux d’Agathe, pour qui tout ça ressemble plutôt à « une compétition de midinettes félines » où on risque de s’ennuyer par surcroît. Sauf que c’est sans compter sur les ressources infinies de ce récit magnifiquement bien tissé et qui nous attire dans les coulisses de ce fameux concours et de certains personnages qui s’y invitent et compliquent son bon déroulement. La présence de Philippe Pieters, écrivain médiocre et ancien client de l’agence de presse d’Agathe, donne à l’intrigue une tournure alerte qui finit par une suite d’événements qui mèneront à une enquête policière. C’est à ce moment que, obligée de quitter son statut de vedette de concours de beauté, Jasmine Catou revêt son habit de détective à la fois pour trouver le coupable de ce trouble général et de défendre sa maîtresse de l’écrivain qui l’importune. Sa stratégie n’a pas changé, si l’on peut le dire ainsi. Il suffit de faire confiance à son flair et à son intuition de féline. Sa stratégie est payante et le résultat garanti : comme par miracle, le suspect est vite démasqué. Élémentaire, chère Jasmine !

L’histoire suivante se déroule sur une scène plus réduite que le chapiteau du concours de beauté. Il s’agit cette fois du studio d’une antenne de Web-télévision où Agathe anime « une émission littéraire intitulée L’auteur et son animal ». Jasmine Catou est, selon elle, l’élément essentiel, car les auteurs invités doivent être accompagnés par leur animal préféré. Sont invités des célébrités et des Prix Goncourt. Cette fois, l’invité est un écrivain connu, Pierre-André Von Eibers, auteur d’un seul livre Le cœur navré.  Celui-ci arrive sur le plateau avec Hector, un chihuahua que Jasmine connaît bien. C’est que sa maîtresse et cet écrivain sont liés par une vieille histoire d’amour qui semble maintenant oubliée. Vraiment ? Ce n’est pas si sûr, surtout qu’il y a mille raisons que les choses ne se passent pas comme prévu. Une série d’incidents mettent brusquement fin à l’enregistrement. Hector disparaît dans l’obscurité causée par une panne intempestive de courant, déclenchant la colère de son maître. Cette fois encore, Jasmine aura à résoudre, en plus des troubles des bouleversements des cœurs humains, la disparition du pauvre Hector. Elle se retrouvera de nouveau dans sa posture favorite de protectrice de sa maîtresse et devra trouver une preuve pour mieux illustrer son talent de détective. Elle résume sa stratégie par cette formule héritée de son célèbre maître dans le domaine, le fameux Sherlock Holmes : « si on retire l’impossible, la solution apparaît clairement ». La question n’est donc même pas si sa stratégie va marcher, mais comment notre détective féline va s’y prendre pour mettre en pratique les préceptes acquis souvent par une télépathie qui se révèle imbattable? Laissons au lecteur le plaisir de découvrir tout ce spectacle et d’admirer les qualités de Jasmine.

Abordons quant à nous la nouvelle intrigue qu’attend Agathe et implicitement sa chère Jasmine. Sans grande surprise, signalons l’apparition de deux personnages auxquels nos protagonistes se sont déjà confrontées. Il s’agit de Philippe Pieters, l’écrivain harceleur du premier épisode de la série et de la concurrente d’Agathe, l’attachée de presse Isabelle de la Volta. Cette fois encore, une intrigue des plus enchevêtrée se noue. Chantage, faux en documents, menaces et mensonges sont réunis pour amener Agathe au bord du désespoir et de la peur du fisc. Décidemment, Pieters, cet écrivain sans talent mais rempli d’orgueil est prêt à tout pour satisfaire son obsession maladive de devenir célèbre. De nouveau, le sens de l’intrigue dont excelle Christian de Moliner offre au lecteur des pages magnifiquement bien écrites, dans un style d’une légère suavité devant le désarroi des ses héroïnes. Avec brio et malgré l’urgence de trouver une solution, Jasmine Catou finit par trouver l’issue de sortie de cet imbroglio concocté par Pieters et sa complice. L’épilogue sera résumé par Agathe qui, fière de sa féline, finira par conclure : « Jasmine Catou est vraiment mon ange gardien. Et elle est intelligente ; elle comprend tout ».

Élémentaire, n’est-ce pas, diriez-vous…

Dan Burcea

Christian de Moliner, Le retour de Jasmine Catou, Les Éditions du Val, 2019, 100 pages.

Print Friendly, PDF & Email
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •