Portrait en Lettres Capitales : Marine Baron

 

Qui êtes-vous, où êtes-vous née, où habitez-vous ?

Je m’appelle Marine Baron. J’habite à Paris. Je suis née à côté de Paris, j’ai vécu en banlieue pendant mon enfance et mon adolescence. Ce que j’aime, dans Paris, c’est la variété infinie des gens qu’on peut y rencontrer. C’est un carrefour. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, on est un peu obligé d’y passer.

Vivez-vous du métier d’écrivaine ou, sinon, quel métier exercez-vous ?

Je n’ai jamais vécu du métier d’écrivain. J’ai travaillé dans l’industrie pharmaceutique, la banque, l’armée… Actuellement, je suis élève-avocate, ce qui me plaît énormément. Faire autre chose, c’est peut-être une façon de se protéger. Si ça ne marche pas, on peut toujours se dire qu’on a un autre monde en réserve. Mais il est vrai aussi qu’aller dans des milieux qui ne sont pas les vôtres, changer son fusil d’épaule, tout cela nourrit l’écriture, donne des idées ou des modèles de personnages.

Comment est née votre passion pour la littérature et surtout pour l’écriture ?

Comme beaucoup de gens qui écrivent, je me suis aperçue que je ressentais les choses de façon assez violente, parfois, et que ces ressentis pouvaient être des fardeaux. J’ai une mémoire envahissante, une hypersensibilité aux bruits, aux odeurs, aux signaux non verbaux, une empathie qui peut être encombrante. Tout cela m’est utile professionnellement, intellectuellement, nourrit mon imagination mais peut m’étouffer. La littérature m’aide à comprendre les autres sans m’impliquer directement, l’écriture me permet d’atténuer certaines aspérités.

Quel est l’auteur/le livre qui vous ont marqué le plus dans la vie ?

Le livre qui m’a marquée le plus a été “La Princesse de Clèves”, de Madame de la Fayette, parce que c’est le premier vrai livre que j’ai lu quand j’étais enfant. Même si ce texte est très marqué culturellement, avec des codes spécifiques, cette idée datée selon laquelle l’honneur d’une femme réside dans son silence, sa chasteté ou sa foi, il met en scène une figure féminine qui est plus courageuse que tout le monde. Ce quant-à-soi, cette résistance, ce refus absolu de flancher me fascinent. Et le style du roman est admirable. Chaque phrase est une œuvre d’art.

Quel genre littéraire pratiquez-vous (roman, poésie, essai) ? Passez-vous facilement d’un genre littéraire à un autre ?

Je n’ai jamais écrit de poésie, parce que je pense que c’est ce qu’il y a de plus difficile. C’est absolu, entier. Je crois que je n’oserai jamais me lancer là-dedans. J’écris des romans et des essais, parce qu’on peut y expliquer les choses, y chercher la nuance, dire la profondeur d’un personnage ou d’une idée. Je passe de l’essai au roman sans me forcer parce qu’il y a de la narration et de la réflexion dans l’un et dans l’autre ; tout est une question de dosage, si je puis dire.

Comment écrivez-vous – d’un trait, avec des reprises, à la première personne, à la troisième ?

Comme un certain nombre d’auteurs, je passe des jours, des mois dans une espèce de tension muette. Et puis je m’y mets d’un seul coup. Là, je fais peur à voir, parce que, sur le coup, il n’y a que ça qui m’intéresse. Je reprends toujours ce que j’ai écrit. J’écris à toutes les personnes, selon ce que je veux faire passer. La première personne est souvent celle qui me vient le plus naturellement, mais la troisième me permet de prendre davantage de distance, elle est plus confortable.

D’où puisez-vous les sujets de vos livres, et combien de temps est nécessaire pour qu’ils prennent vie comme œuvre de fiction ?

Les sujets de mes livres sont les gens que je rencontre ou que j’aurais aimé rencontrer. Toujours des gens qui se battent, au sens propre comme au sens figuré. Ils prennent vie immédiatement dans la fiction, sous forme de scénettes : les articuler entre elles est plus long. Cela prend plusieurs semaines, je dirais.

Choisissez-vous d’abord le titre de l’ouvrage avant le développement narratif ? Quel rôle joue pour vous le titre de votre œuvre ?

Je n’ai pas choisi les titres de mes deux premiers livres. C’est l’éditeur qui l’a fait. J’ai trouvé que c’était une bonne chose. Pour mon troisième livre, j’ai trouvé le titre, mais après avoir écrit l’histoire. Là, je suis notamment en train d’écrire une histoire dont j’ai déjà choisi le titre. Le titre que j’imagine est pour moi une source d’inspiration. Reste à savoir si mon histoire sera publiée, et si son titre conviendra à un éditeur.

Quel rapport entretenez-vous avec vos personnages et comment les inventez-vous ?

Je crains de dire une chose d’une grande banalité… Mes personnages prennent vie en moi, donc ils sont moi, ou ce que je devine d’une personne que j’observe. Je ne peux partir que de ce que je connais. Je me fixe sur des attitudes qui me choquent ou me séduisent. Je pars d’une personne réelle à qui je prête des envies, des peurs, des doutes, qui sont d’ailleurs probablement loin de la réalité. Mais je ne connais rien d’aussi passionnant.

Parlez-nous de votre dernier ouvrage et de vos projets.

J’ai publié un roman d’espionnage l’année dernière. J’écris en ce moment un livre sur un personnage historique, une aristocrate qui a pris les armes pour récupérer le trône de France dans les années 1830. Autrement dit, je suis dans les archives. En parallèle, j’écris aussi un roman qu’on pourrait qualifier rapidement d’histoire d’amour. Pour cela, je m’inspire surtout de mon entourage, de mes souvenirs ou des histoires qu’on me raconte. Dans les deux cas, j’ai encore beaucoup de travail qui m’attend.

           

Print Friendly, PDF & Email
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •